Rubrique Archives: Album

La nuit au bureau

Publié le par

Comme souvent chez Hopper, de prime abord la scène peut paraître banale. Un simple instantané pris sur le vif avec des personnages et un décor anodins. À  se demander même pourquoi l’artiste s’est donné la peine de s’y arrêter… Dans cette interrogation réside précisément tout l’intérêt de cette toile qui se dévoile progressivement pour peu qu’on l’examine de près. Anodin ? Bien au contraire. Il s’en dégage une force singulière, une tension extrême due à l’attitude des personnages, celle apparemment indifférente de l’homme assis, penché… Lire la suite →

Gloucester beach

Publié le par

Loin de ses sources d’inspiration habituelles, intimistes et/ou urbains, Edward Hopper s’exerce ici à l’art du paysage. Son Gloucester Beach, Bass Rocks dévoile ainsi une autre facette de son talent. Dans ce tableau la sensation de mise à l’écart et de solitude laisse place à une scène des plus chaleureuse, dévoilant des personnages se délectant d’un bain de soleil, à l’abri sous leur parasol. Les couleurs de Gloucester Beach, Bass Rocks sont apaisantes, lumineuses, bien loin de la palette habituelle d’ Hopper, et se confrontent… Lire la suite →

Un portrait de Beethoven

Publié le par

Des rares portraits de Ludwig Van Beethoven, celui-ci est sans doute le plus connu en même temps que le plus réussi. Peint en 1819 ou 1820 par Joseph Carl Stieler, il doit beaucoup de sa valeur au fait que le génial compositeur, rétif à toute séance de pose, aurait consenti à une unique exception en faveur de Stieler. En fait, bien que la fidélité au modèle apparaisse parfaite à nos yeux, ce portrait a été essentiellement réalisé de mémoire, Stieler n’ayant pas réussi à convaincre… Lire la suite →

Cocteau par Modigliani

Publié le par

Magnifique bien que peu flatteur pour le modèle, ce portrait de Jean Cocteau fut peint au printemps 1916 par Modigliani dans l’atelier de Moïse Kisling où se réunissaient les amis du peintre. Picasso avait présenté Cocteau à Modigliani ; Blaise Cendrars qui fut un ami proche de Kisling circule dans ces parages. Autre témoin de ces croisements dans le quartier de Montparnasse, un poète plus discret, Pierre Reverdy, raconte dans le Voleur de Talan que pendant la pose, l’incorrigible Cocteau « parlait sans arrêt, sa voix était… Lire la suite →

1 2 3 4 5 ... 8 9