RAYON SUD

Vibrato & notes furtives

Melody Gardot, le retour

Melody Gardot a pris la tête du classement des meilleures ventes jazz en France la semaine dernière avec son album« Live in Europe« . C’est le meilleur démarrage, dans cette catégorie, depuis le « Day Breaks »de Norah Jones à l’automne 2016. La pochette de son dernier disque sur laquelle elle pose nue n’y est peut-être pas pour rien ! Vue de dos, face à un public à qui sa guitare la masque, elle se montre et se dérobe à la fois, crânement, exposant son corps comme un trophée de conquête. Melody Gardot, beaucoup le savent, a vu ce corps se disloquer. Renversée à vélo par un 4×4 à 19 ans, le bassin brisé, elle a failli ne plus jamais pouvoir se tenir debout ni marcher. « J’ai commencé à chanter en fauteuil roulant, puis assise sur une chaise, puis avec une canne, et j’ai réussi occasionnellement à me tenir debout, et ensuite, à danser », ­rappelle-t-elle.

Durant cette reconstruction, la jeune femme s’est forgé un destin de diva jazz. Aujourd’hui, à 33 ans, debout et sans canne, elle célèbre ces deux victoires. « Ma progression, celle de mon corps, je les dois à mon public, qui m’a donné l’opportunité d’être une femme, une artiste, une âme », s’exalte-t-elle. Cette pochette qui, avec son nu en noir et blanc, évoque le « Violon d’Ingres » de Man Ray, lui permet de dire à son public : « Je suis assez forte pour me tenir debout face à vous, et empoigner la guitare ! ».

 

20 février 2018