RAYON SUD

Vibrato & notes furtives

Sonny Rollins chez Pivot

C’était il y a dix-sept ans ans déjà quand l’émission Bouillon de culture de Bernard Pivot s’ouvrit pour la 407e et dernière fois sur le somptueux générique The Night Has Thousand Days de Sonny Rollins.  Un thème inoubliable.

Sonny Rollins que les jazzophiles considèrent, depuis la mort de Max Roach, avec lequel il a beaucoup joué, comme le dernier des géants. Il fut le partenaire de pointures comme Thelonious Monk, John Coltrane ou Miles Davis, il a composé, fureté entre be-bop, hard-bop en passant pas le calypso ou le free-jazz. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, tous ceux qui l’ont vu dernièrement disent du saxophoniste qu’il lui reste bien du souffle à 88 ans. En plus de 60 ans de carrière, il est passé maître dans l’art de improvisation sur le saxophone ténor. Marquée à la fois par ses racines caribéennes et par son éclosion au sein d’un bebop explosif, sa musique véhicule une joie inaltérable. Mais écoutez plutôt :

31 octobre 2018