RAYON SUD

Vibrato & notes furtives
septembre 22nd, 2011

La femme au miroir

Eric-Emmanuel Schmitt, on le savait déjà, est un romancier et dramaturge de talent mais aussi un homme de goût. Pour illustrer la couverture de son nouveau roman La femme au miroir, il a eu la bonne idée (lui ou peut-être son éditeur…) de choisir l’un des plus beaux tableaux de Tamara de Lempicka, La jeune fille en vert.
Egalement connu sous le titre Young girl with gloves (Jeune fille aux gants), c’est une huile sur toile peinte vers 1927, achetée à l’artiste en 1932 par le Fonds national d’art contemporain puis attribuée au Musée national d’art moderne, Centre Pompidou. Quel rapport avec le roman d’Eric-Emmanuel Schmitt ? Peut-être aucun, sinon le charme évanescent de cette image que l’on peut interpréter comme un hommage à “l’éternel féminin”. De fait, elle illustre remarquablement ce conte philosophique qui amène le lecteur au temps de la Renaissance, dans la Vienne impériale du début du XXe siècle et dans les rues d’Hollywood.