RAYON SUD

Vibrato & notes furtives

Autoportrait de Mme Vigée Lebrun

Autoportrait, après 1782, Elisabeth Vigée-Lebrun, (Londres, National Gallery).

Autoportrait, après 1782, Elisabeth Vigée-Lebrun, (Londres, National Gallery).

 

Ce joli tableau peint à Bruxelles témoigne avec esprit de l’admiration de Vigée Lebrun pour un célèbre chef-d’œuvre flamand « Le Chapeau de paille » de Rubens. Le vif éclat et le rayonnement général produits par la lumière extérieure directe et par son reflet ont été en effet soigneusement rendus comme dans le tableau de Rubens. Mme. Vigée s’est représentée en plein air, devant un ciel tacheté de nuages. À la fois peintre et modèle, elle semble incarner l’art de la peinture. Elle porte un chapeau de paille avec une couronne de fleurs de champs fraîchement cueillies. Elle ne porte pas de perruque, et ses cheveux n’ont pas été poudrés. Tandis que Suzanne Lunden croissait modestement les bras et regardait par-dessous le chapeau, Mme. Vigée offre au spectateur une amitié sans affectation. Ce sont cependant ses seins qui semblent représentés avec le plus de naturel. Contrairement à ceux de la beauté de Rubens, qui étaient moulés dans un corset étroit, Mme. Vigée montre clairement, par son grand décolleté, qu’elle n’a nul besoin d’un tel artifice.
L’artiste lança un nouveau style. Ses portraits à la mode, aux robes simplifiées, dites « à la grecque », se passaient des colonnes et des draperies du décorum baroque : l’artiste cherchait à montrer des attitudes et des sentiments naturels, anticipant en cela le néo-classicisme de David.
14 mars 2015