Dr. Lonnie Smith, le maître de l’orgue

Publié le par

Doté d’un look génial et d’un son qui ne l’est pas moins, Dr. Lonnie Smith apparaît comme un géant du soul-jazz funky et un grand maître de l’orgue. Quarante-cinq ans après son premier album pour Blue Note, la légende de l’orgue Hammond B-3 vient de publier son nouvel album « Evolution » sous le prestigieux label.

Toujours affublé de sa longue barbe grise et de son turban sur la tête (signes distinctifs des Sikhs), il a commencé en tant qu’accompagnateur du saxophoniste Lou Donaldson sur des albums comme « Alligator Bogaloo » puis comme leader et créateur de véritables classiques du soul-jazz tels que « Think ! » et « Turning Point ».
Surnommé le « Docteur » par les musiciens pour sa capacité à interpréter, ou arranger, toutes les musiques, l’organiste invite sur « Evolution » le pianiste Robert Glasper. Le saxophoniste Joe Lovano est aussi de la partie; lui qui a commencé sa carrière en jouant aux côtés de l’organiste sur l’album « Afrodesia », sorti en 1975. A 73 ans, Dr. Lonnie Smith est au sommet de son art.
Extrait

Cocteau par Modigliani

Publié le par

Magnifique bien que peu flatteur pour le modèle, ce portrait de Jean Cocteau fut peint au printemps 1916 par Modigliani dans l’atelier de Moïse Kisling où se réunissaient les amis du peintre.

CocteaubyModi


Picasso avait présenté Cocteau à Modigliani ; Blaise Cendrars qui fut un ami proche de Kisling circule dans ces parages. Autre témoin de ces croisements dans le quartier de Montparnasse, un poète plus discret, Pierre Reverdy, raconte dans le Voleur de Talan que pendant la pose, l’incorrigible Cocteau « parlait sans arrêt, sa voix était aussi forte que la pluie qui frappait la vitre ». Personne ne prêtait véritablement attention à ses propos. Prétextant que le tableau n’entrerait pas dans le taxi qu’il avait appelé pour rentrer chez lui, Cocteau le laissa sur place et ne vint jamais le chercher. Non sans l’avoir généreusement payé, dit-on, la modique somme de cinq francs.
Plus tard, au cours des années cinquante, Cocteau, peu rancunier, fut sensible à la plus-value symbolique que lui offrait cette toile signée par un grand artiste de son siècle. Bon prince, il écrivit dans un courrier : « Cela ne me ressemble pas, mais çà ressemble à du Modigliani, ce qui est mieux ».

Un vélo futuriste

Publié le par

Vu dans Les Echos, ce prototype de vélo ne manque pas d’allure. Il a été conçu par le designer Robert Egger, directeur créatif de la marque californienne Specialized Bikes. Cet inventeur et bricoleur de génie a conçu « fUCI », un modèle résolument à contre-courant des règles imposées par l’Union Cycliste Internationale (UCI). Les roues sont de tailles différentes, un moteur se cache dans le cadre, pour un résultat plutôt bluffant.

Cet engin mérite-t-il encore l’appellation de « vélo » ? Difficile à dire. Une chose est sûre, il donne envie de l’essayer (au risque toutefois de se gaufrer). Reste à savoir s’il sera un jour produit en série ou s’il restera à l’état de prototype – ce qui serait dommage.

Le syndic des drapiers

Publié le par

Le Syndic de la guilde des drapiers est une peinture à l’huile du peintre hollandais Rembrandt, achevée en 1662 et aujourd’hui exposée au Rijksmuseum d’Amsterdam, aux Pays-Bas. Cette toile représente six personnages en costume noir, portant chapeaux et fraises, qui vérifient les comptes de la corporation des drapiers d’Amsterdam. Elle illustre bien le talent de Rembrandt pour la disposition de ses personnages. Son exécution est sobre et efficace.

Le syndic des drapiers - Rembrandt,1662

Un article publié en 2004, par Margaret S. Livingstone, professeur de neurobiologie à l’Université de Harvard Medical School, suggère que Rembrandt, dont les yeux n’étaient pas alignés correctement, souffrait de cécité stéréo. Cette conclusion a été faite après l’étude de trente-six autoportraits du peintre. Parce qu’il ne pouvait pas former une vision binoculaire normale, son cerveau automatiquement à un œil, pour de nombreuses tâches visuelles.  La lumière révèle aussi le rouge du tapis sur la table et aussi la boiserie derrière qui va déterminer l’espace où l’action se déroule.

1 2 3 4 5 6 7 8 ... 48 49